Le plaisir anal, sans peur et sans reproche

Imaginez que les seules représentations du missionnaire disponibles soient tirées des 120 Journées de Sodome – qu’on n’ait aucun autre repère culturel que Sade. Ridicule ? C’est pourtant la situation actuelle concernant la pénétration anale. Nous avons : 1) De la pornographie ; 2) Une scène culte du Dernier Tango à Paris (les autres références ne viennent pas spontanément à l’esprit).

Nous nageons dans un imaginaire de la brutalité, du consentement pas évident, qui laisse complètement de côté la réalité du terrain : à savoir que ce n’est pas forcément l’homme qui pénètre, et qu’on ne parle pas forcément de sodomie. Cela signifie aussi que la plupart de nos réticences sont fondées sur une mauvaise image – à force de répéter que l’anal est sale et dangereux, on finit par y croire. Remettons donc quelques points sur les i.

1. « C’est douloureux »

Si vous faites comme à la télé, évidemment, ça va faire mal. Heureusement, dans le monde réel, nous couchons de manière plus civile – il suffira de prendre son temps, dans un cadre excitant, avec bienveillance. Il n’y a aucune raison que « ça » fasse mal, à aucun moment. En l’absence d’expérience, on commettra certainement quelques erreurs (comme pour toute autre pratique), mais une approche progressive limite très largement les risques.

Ne vous infligez pas non plus de prophétie autoréalisatrice : si vous vous tendez, vous rendrez forcément la pénétration plus difficile. Enfin, le ressenti dépend du modus operandi. Le pénis n’est pas obligatoire. Certains sextoys sont étroits, conçus pour débuter ou parce qu’on préfère des sensations pas trop envahissantes. Utiliser ses doigts permet aussi de limiter le format (surtout si vous avez des petites mains comme Donald Trump).

2. « C’est dégradant »

Aucune pratique n’est dégradante en soi : des corps interagissent, c’est tout. Mais on peut avoir l’intention de dégrader – et, dans ce cas, nul besoin d’en passer par des pénétrations anales ! On peut transmettre son mépris par une simple poignée de main, par un sourire, par un regard exaspéré (ou par un solide coup de poignard dans le dos). Alors, évidemment, quand on connaît mal son ou sa partenaire, il est difficile de savoir si l’anal est utilisé pour encenser ou humilier, par fantasme de domination, par curiosité, ou simplement parce que c’est une zone érogène intéressante.

Cependant, si vous connaissez suffisamment la personne pour terminer au lit avec elle, vous devriez avoir une vague idée de ses motivations. Mieux encore : vous pouvez demander ce qui l’attire dans cette pratique.

3. « C’est sale »

Ah, le tabou des fèces ! Ne nagerait-on pas en plein double standard ici ? Le pénis aussi sert à expulser des déchets et, pourtant, pas grand-monde le tient en si mauvaise estime qu’il faudrait l’ignorer entièrement. De toute façon, gloire à notre société ultra-hygiénisante, les inquiets trouveront quantité de douchettes, brossettes et baumes spécifiques (et même des crèmes blanchisseuses, c’est dire si ça ne plaisante pas).

L’autre option consiste à admettre la réalité de la zone : ceci est notre corps, nous avons tous plus ou moins le même, tout ira bien. Utiliser des préservatifs sur les pénis, doigts et outillages limite aussi l’angoisse.

4. « C’est pour les gays »

Sauf à considérer que seuls les gays ont un anus (on peut en parler), l’argument ne tient pas… et implique avec une bonne dose d’arrogance que l’anus serait un lot de consolation quand on « manque » de vagins. Notons au passage que tous les gays n’aiment pas la pénétration anale et que, selon la dernière grosse enquête du Journal of Sexual Medicine, à peine un tiers s’y adonne régulièrement. Mais ceux qui la pratiquent le font parce qu’ils y prennent du plaisir (si vous m’affirmez que tous les gays sont masochistes, je vous décerne la médaille de la mauvaise foi). Et s’ils y prennent du plaisir, pourquoi les hétérosexuels se priveraient-ils des mêmes délices ? Ne confondons pas orientation sexuelle et pratique sexuelle.

5. « C’est macho »

La pénétration anale n’est machiste que si on manque d’imagination. L’anus en l’occurrence constitue la zone érogène que les hommes et les femmes ont en commun – nous sommes face au grand égalisateur, garanti sans plafond de verre. La pénétration anale se fiche pas mal de qui porte la culotte, et elle fait le plus grand bien aux hommes (souvenez-vous des mille vertus du chevillage).

6. « C’est trop intime »

Il est effectivement possible que ce type de pénétration soit trop intime, au niveau des sensations ou de la symbolique, pour vous ou pour vos partenaires. Mais c’est par définition une question personnelle, sans réponse unique. L’arrangement de nos timidités varie selon les personnes ou les couples : certains urinent en laissant la porte ouverte, d’autres font chambre à part, certains font l’amour en public, d’autres lavent leur linge sale en famille.

Notons cependant que des pratiques extrêmement courantes comme la fellation ou le cunnilingus consistent à fourrer son nez à des endroits intimes : à cumuler le toucher, le goût, l’odeur et la vue. Pourtant, plus grand-monde ne trouve ça trop gênant.

7. « C’est de la domination »

Uniquement si on en fait une affaire de domination ! La pratique n’est pas l’intention (si vous ordonnez à quelqu’un de vous euthanasier, la personne qui commet l’acte le plus dominateur qui soit – donner la mort – est aussi celle qui se soumet à votre volonté). On peut parfaitement jouer de la pénétration anale comme d’un moment de partage égalitaire.

8. « C’est une abolition de toute limite »

Une idée reçue fréquemment et répandue au sujet de la sexualité est qu’il faudrait, pour nous satisfaire, un accroissement des stimulations. La luxure serait une pente glissante, la chair serait faible. Donner un coup de cravache aujourd’hui entraînerait d’en donner dix demain. Avoir une infidélité entraînerait d’autres tromperies. Ouvrir une porte interdirait à jamais de la refermer. Il faudrait donc rester dans le contrôle, ne pas « trop » donner, de peur que l’autre se mette à « trop » demander. Le couple devient ainsi un espace de continence, où la générosité s’économise.

Seulement, dans le cas qui nous intéresse, accepter un doigt ne signifie nullement qu’on acceptera un pénis, et accepter un pénis signifie encore moins qu’on doive s’y résoudre selon les codes de la pornographie classique. Les limites, c’est nous qui les posons. On peut notamment essayer la pénétration anale une fois dans sa vie, et ne jamais vouloir recommencer, ou seulement d’une autre manière : le corps de l’autre n’est jamais acquis, il se renégocie constamment.

Pour résumer, la pénétration anale peut relever de l’humiliation ou de la rédemption, du profane ou du sacré, du don ou de l’égoïsme, de l’amour ou de la haine, du plaisir ou de la douleur. Elle est ce que nous en faisons, ce que nous y projetons. Justement, parce que nous manquons de références, pourquoi ne pas créer les vôtres ?

Shares 0

You must be logged in to post a comment Login